Ecrire un
commentaire
Vivement la crèche !

Le Blog

Vivement la crèche ! 

Oui, je suis jeune maman, mes enfants n’ont que quatre mois et demi et je dis « Vivement la crèche ! ». Pas que je ne les aime pas, non. Je les aime d’un amour inconditionnel. Je les ai désirés, je les ai portés, on peut même dire  « couvés ». Je les ai choyés, je les couvre de bisous, je leur dis que je les aime chaque jour qui passe… mais pourtant oui, « Vivement la crèche! ». 

Au début de ma grossesse, je me suis renseignée auprès des deux crèches municipales de ma commune, pour en connaître les disponibilités. Par chance, nous avons deux places ! J’ai demandé à ce  qu’ils soient admis à partir de janvier 2016, car j’ai envie de profiter d’eux, de les voir grandir, de ne pas les confier à des « étrangers » alors qu’ils sont encore de si petits bébés. Oui mais voilà, je ne suis pas salariée, et en tant que travailleur indépendant, mon congé maternité est désormais achevé. (14 semaines et demi maxi, merci le RSI, en cumulant la gémellité, la prématurité, et tout et tout…). 

Etant à mon compte, associée avec #papatwins, je travaille avec lui en Home Office. 
Je sais que c’est une immense chance : nous travaillons de chez nous, pour nous et en famille. Ce n’est pas donné à tout le monde. Ce n’est pas fait pour tout le monde non plus, je vous l’accorde

Oui mais voilà, aujourd’hui je me sens un peu frustrée ! Frustrée de ne pas pouvoir me consacrer à 100% à chacun de mes rôles. Quand je travaille, je suis interrompue par une tétine à remettre, un biberon à donner, une couche à changer ou un câlin à faire (même si #Papatwins est là et gère autant que moi, notamment quand je suis au téléphone). 

C’est plaisant ce rôle, plaisant de se sentir indispensable, pour ces deux merveilles que j’ai mises au monde. Mais c’est usant aussi ! Je voudrais pouvoir me concentrer à fond sur mon travail et ne penser qu’à ça ! Et lorsqu’est venue la fin de journée, je voudrais pouvoir me consacrer à 200% à mes bébés et ne plus avoir à penser qu’à eux ( oui, je sais, il me reste encore à trouver la touche « Off » de mon cerveau).

J’aime ce que je fais, j’aime le faire avec  #Papatwins. Nous sommes très complémentaires, associés, liés par le boulot depuis qu’on se connaît.

Et puis il y a ce blog !
Ce blog, c’est un peu comme notre « bébé » lui aussi: Le blog il est né le 15 juin 2015, Petitchou et Patachou 8 jours après :-) 
L' idée nous en est venue naturellement presque au début de ma grossesse, nous avions l’envie de faire un site pour nous (car notre métier, c’est d’en faire pour nos clients). 

Nous l’avons pensé ce blog, nous voulons qu'il évolue et travailler avec nos bébés à la maison,  nous inspire pour ce blog et pour notre site "Parents de jumeaux" . 

Alors oui, je sais, c’est une chance de travailler chez soi, avec ses bébés à côté !
Quelle maman qui travaille, ne rêverait de pouvoir faire un bisou à son bébé (ou ses bébés) quand ça lui chante, entre deux coups de téléphone ?
Quelle joie, vraiment, de tourner la tête et voir un grand sourire suivi d’un gros « areuh » quand nos regards se croisent.
Quel plaisir de pouvoir les laisser se rendormir après le biberon du matin s’ils en ont envie, ne pas casser leur rythme, ne pas avoir à stresser pour préparer tout le monde à une heure précise…
Quelle chance vraiment, de voir grandir nos enfants. Nous la mesurons d'autant mieux que ce n’est pas le cas pour tout le monde. 

Oui mais quand même, Vivement la crèche! quand même

Ils y seront bien à la crèche, et ils n’y passeront pas leur vie. Ils iront à de 9h à 17h, et pas le mercredi... C’est light comme formule ! Un bon compromis pour tout le monde : pour eux, s’habituer à être avec d’autres personnes que Papa et Maman; pour nous, travailler sans « distraction » au moins quelques heures dans la journée.
La crèche est à dix minutes à pieds de chez nous, quand le temps et la météo le permettront, nous irons en poussette, en mode balade.

Bon voilà, c’est mon humeur du jour, car depuis la semaine dernière c’est dur dur de tout concilier ! 

Je savais que je ne pourrais pas être une mère au foyer: Non seulement les journées actuelles me le confirment, mais ce n'est pas dans mon tempérament!!!

J’aime mes enfants plus que tout mais je serais malheureuse de ne pas pouvoir travailler. 

A suivre…..

Les Commentaires