Ecrire un
commentaire
2 ans 3/4 : le bilan !

Le Blog

Des semaines, des mois même, que je me dis qu’il faut que je consigne par écrit l’évolution des mes « bébés »… que dis-je ? De mes « petits garçons » ! 

Car oui, les temps des bébés est désormais bel et bien révolu… Nous sommes en route vers autre chose, d’autres moments, d’autres découvertes. 

Je ne sais même pas par où commencer tellement ils ont évolué ces derniers mois. 



Ce qui me marque le plus, ce sont les progrès de langage. Je suis très régulièrement stupéfaite par la clarté de leurs propos et surtout le vocabulaire si justement choisi. Ce point est assez flagrant chez Patachou. A 2 ans et demi, il me fait des phrases avec des « d’abord, maintenant… » « Attend, je reviens tout de suite »… Pas plus tard que la semaine dernière, en passant devant le parc voisin, « Je vais te raconter quelque chose. C’est le printemps, le parc il est ouvert », car la semaine précédente je leur avait expliqué que le parc serait ouvert plus tard le soir, quand le printemps sera venu. 



Il y a aussi leur conversation. Je ne parle pas d’un langage des jumeaux, non. Mais bien des conversations qu’ils échangent, dont nous sommes les discrets témoins. Ils font des arrangements, avec les jouets par exemples. « Attends, je joue encore un tout petit peu avec le camion. Et après c’est à toi ». «  Ah d’accord, Merci Nathéo ! ». «  Oh merci, c’est très gentil! ». Ils se font des politesses. (bon, ils se chamaillent aussi hein, tout n’est pas toujours limpide, fluide et calme…). 


Depuis quelques semaines, j’arrive à observer leurs « périodes sensibles ».  Petitchou lui est dans une période « couleurs ». Il nomme les couleurs qu’il voit, tout le temps, partout.. et fait des liens avec d’autres objets. « Il est jaune le bus, comme mes bottes ». Ce matin, je lui ai mis des chaussettes à rayures. « J’ai mis des bandes vertes, comme Balthazar ». 

Patachou lui est en période sensible du comptage . « Un, deux, quatre, six… plein… » . Alors quand je vois qu’il compte quelque chose, je l’accompagne. On reprend, à partir de un… Et depuis cette semaine, il compte jusque cinq sans soucis avec les doigts (ça c’est Papa qui lui a appris!). C’est trop mignon de voir ses petites mains encore potelées de rondeurs, dérouler chacun de ses doigts pour apprendre à compter. 


Une grande étape : le passage au lit de grand ! La décision fut prise à Noël, ils avaient 2 ans et demi. On ne peut pas dire que les lits à barreaux de bébés ne convenaient plus. Ils y dormaient bien et ne cherchaient pas à en sortir. La limite, ça a été mon dos… 24 décembre, 7h15… Je sors Petitchou de son lit, tout est ok. Je sors Patachou aussi et là… patratra ! Cervicale déplacée… j’aurais eu mal une bonne dizaine de jours. Nous avons commencé par retirer un côté de barreaux de chacun de deux lits. Prenant soin de poser au sol un grand matelas 90*190 pour amortir les éventuelles chutes. Patachou en a fait son lit de prédilection. 

Nous nous sommes donc penchés sur la décoration de leur chambre de petit garçon. Lits cabane choisis, matelas à l’aloe-vera validés et reçus… les étapes ont été progressives (j’en reparlerai en faisant un article dédié sur cette chambre). 

Cette étape s’est super bien passée. Ils ont bien tenté les deux premiers soirs de se lever. Je me souviens les avoir retrouvé, assis tous les deux sur la plus haute marche de l’escalier. Leurs bouilles si expressives m’ont littéralement fait pouffer de rire. J’ai tenté de leur cacher mon amusement, ne voulant pas les encourager à recommencer. 

Cette étape s’est très bien passée. 


Une autre étape, et pas des moindre : ils n’ont plus de couches la journée ! Là encore, je tenterai de faire un post dédié. 

Quelle étape. J’avoue, je n’avais absolument pas hâte d’y passer, par cette phase d’apprentissage dit « de la propreté ». Je n’avais, ni envie de me prendre la tête, ni de leur prendre la tête. Nous avions bien fait une tentative il y a deux mois environs. Après concertation avec la directrice de la crèche, qui m’a dit « je crois qu’ils sont prêts »… Nous avons laissé les garçons sans couche la journée tout un weekend, passant notre temps à leur proposer d’aller sur le pot. Véritable fiasco, on s’est dit qu’on remettait les couches. 

Leur faire confiance…. c’est ce que je ressentais au fond de moi. Quand ils seront vraiment prêts, ils sauront nous le dire. Et c’est ce qu’il s’est passé, il y a 3 semaines. Un matin, Petitchou a dit à son Papa : «  Noooon pas la couche Papaaaaa! » avec un air si déterminé comme il sait le prendre quand il a décidé quelque chose. S’en était fini des couches la journée. 

Patachou lui a emboité le pas dès le lendemain. Après le bain du mercredi matin, je lui ai demandé si on remettait une couche, il m’a répondu « non maman, on met la culotte ! ». 



Et oui, ils grandissent et bien d’ailleurs. Ma plus grande satisfaction est de voir évoluer des enfants qui semblent véritablement bien dans leur peau. 

Le quotidien est parfois très rythmé car ils débordent d’énergie. Mais comment s’en plaindre, c’est normal et bon signe d’ailleurs. 

Ils me font grandir intérieurement autant que eux grandissent. Ma vie n’est plus la même du tout, complètement différente qu’avant de devenir maman mais tellement riche de sens aujourd’hui. 


J’aime le soir avant d’aller me coucher, aller les embrasser. Les observer partis rejoindre Morphée et plonger mon nez dans les plis de leur cou tout chaud. Cela me donne l’impression qu’ils sont encore un peu mes bébés. 


Ils sont à la fois tous les deux sociables, intelligents, énergiques, beaux et si singulier à la fois. 


Autant Patachou me ressemble physiquement, autant je me retrouve dans le caractère si déterminé de Petitchou. Cela a été flagrant l’été dernier. Il avait décidé, un jour de vacances, de faire de la draisienne. Il lui aura fallu moins d’une semaine pour  apprendre à en faire comme un chef. Il l’avait décidé! C’est lui, mon Petitchou. Mon deuxième né, si frêle et pesant à peine 1800 grammes à la naissance qui est le plus fonceur aujourd’hui. 


Patachou semble plus posé, d’apparence ! C’est un bébé farceur. Je lui dit souvent que je vais l’inscrire dans une école de cirque. Il est capable à 2 ans et demi, de nous raconter quelque chose… rigoler et nous dire « mais non….c’est une blague maman / papa ! »… ça aussi ça me laisse pantois, de découvrir la capacité intellectuelle de leur cerveau. 


Il faudrait que j’écrive chaque jour qui passe ce qui m’a marqué dans la journée… mais le soir, quand ils sont couchés ma seule envie est de me poser moi aussi ! Vous comprenez hein ^^ ? 


 

Les Commentaires