Ecrire un
commentaire
Je suis cette maman qui n’a pas pleuré le dernier jour de crèche !

Le Blog

Les garçons sont nés avec presque deux mois d’avance. Ils étaient petits, fragiles.
Leur papa et moi travaillons en couple de chez nous (pas de patron ni de salarié). Nous n’avions donc aucune pression quant à l’accueil à un temps précis, pour nos bébés.

J’avais néanmoins pris le temps pendant ma grossesse de faire les démarchent nécessaires afin qu’ils puissent avoir des places en crèche.

Nés fin juin 2015, ils ont été accueillis en crèche municipale dès la rentrée de janvier 2016.

Je me souviens encore de ce cliché volé le premier jour, ils dormaient paisiblement dans leur coque, prêts à partir !




L’adaptation préalable s’était merveilleusement bien passée. J’avais commencé à retravailler à la maison en leur présence.
La crèche était « neuve », avec une superbe salle bébé, accueillante et confortable.

Et surtout, nous avons eu immédiatement confiance dans l’ensemble du personnel qui les encadrerait durant nos journées de travail.
La transition s’est donc faite naturellement.

Ils en ont reçu des câlins. (Elodie et Amelie, si vous passez par ici... merci).
Ils ont reçu des soins, Petitchou ayant fait a de nombreuses reprises des bronchiolites, nous avons toujours été prévenus à temps quand une crise commençait. L’infirmière puéricultrice de la crèche veillait sur lui, nous donnait les conseils nécessaires à la fois avec fermeté (en cas de maladie contagieuse, pour le respect de l’ensemble des enfants accueillis) et bienveillance.

Nous avons été accompagné lors de la diversification alimentaire. La motricité libre faisant partie du credo de cet établissement, nous avons vu nos enfants évoluer.

A plusieurs reprises, nous avons découverts leurs nouveaux apprentissages qui n’émanaient pas de nous...

Les nounous de la crèche ont été les premières témoins,
au même titre que nous, de toutes les évolutions de
nos petits cœurs devenus aujourd’hui de beaux petits garçons.

Le retournement sur le ventre, la maîtrise de la position assise. La tenue seul du biberon. Les premiers mots....
Puis ils ont eu 18 mois. Ils ont marché. Ils sont passé dans la salle « des grands ».

Ils ont alors découvert d’autres activités, ils ont créé des liens avec d’autres nounous (même si celles qui les ont bercé les premiers mois n’étaient jamais bien loin). Ils s'y sont faits des copains et des copines. 
Ils ont commencé à mangé sur des chaises à la cantine, comme les grands. A bien tenir leurs couverts.
Ils ont appris à se servir tout seul. A reconnaître un tas de fruits et légumes. Ils ont goûter à tout, à ce que je ne cuisine pas à la maison.

Ils ont faits des goûters d’anniversaires avec leurs copains et copines. Ils y ont déjà fêté 3 fois le leur...
Ils ont fait des sorties : une maison de retraite, la chasse aux œufs de Pâques organisés par notre village, le marché de la place de la mairie pour faire des courses puis les découvrir en activités...

Ils ont dévoré des livres, dans les bras des nounous ou à la médiathèque municipale accessible par une simple porte depuis la salle de crèche. Encore la semaine dernière, un soir en allant les chercher, j'observais secrètement Patachou assis dans l'espace réservé aux plus petits, avec un livre qu'il "lisait"... 
Ils ont fait des tonnes de dessins, collé des centaines de gommettes, préparé des cadeaux de fête des mères et fête de père...

Dans le jardin de la crèche : ils ont faits des glissades en toboggan, ils ont planté des fleurs et des aromates qu’ils ont appris à entretenir.

Ils ont appris de « trier », à reconnaître les couleurs, les noms de animaux.
Ils connaissent aujourd’hui des comptines par cœur, nous racontent des histoires.

Ils ont appris à rouler le tapis, de l’activité une fois celle-ci finie.
Ils ont rangé, ce qu’ils avalent déballé.

Ils ont découverts les saisons
, au fil des mois, en observant la météo.... le soleil, la pluie, le vent soufflant dans le moulin coloré, la neige...

Ils ont appris des bonnes manières : dire bonjour aux copains le matin, au moment du regroupement.... donner un bisou ou tendre une joue, se contenter d’un signe de la main si le contact physique ne leur convenait pas.

Ils en ont passé des heures à dormir...Elles ont en changé des couches les nounous avant qu’ils deviennent continents.
C’est dans cet espace de change qu’ils ont appris à bien se laver les mains, avant chaque repas ou après le passage au wc.... à bien frotter entre tous leurs petits doigts...

Ils ont présentés à leurs copains, leurs livres préférés, leurs coffrets et imagiers Montessori...

Ils ont aussi appris à reconnaître les émotions ! Et ça, c'est tellement important. Au delà du fait de les connaître, ils savent exprimer ce qu'ils ressentent eux mêmes et ont de l'empathie pour les émotions de leur entourage. "Oh j'ai eu peur de tomber - Je suis content de voir bientôt X - Oh, il pleure, il est triste, je vais lui faire un câlin / un bisou"... 
What Else ? 

Toutes ces choses ils les ont appris avec beaucoup de plaisir, dans la joie. 

Une année entière (depuis la rentrée de septembre 2017) avec une éducatrice Montessori entièrement dédié à la "salle des grands". Merci Beata, pour tout...
Et puis il y a Sophie, qui chante "Chaud cacao", Mylène avec qui ils ont faits des poules en dessins et Delphine aussi. Il y a Nadia, Lucrèce et Sharlen. Et aussi Céline, Julie... Tant de personnes qui ont partagé le quotidien de nos bébés, nos petits garçons. 
Merci à chacune d'entres vous, vraiment, du fond du coeur. 

Chaque matin ils ont été accueillis avec le sourire, un chaleureux "Bonjour P, Bonjour N..." et nous "bonjour Madame, Bonjour Monsieur"... La politesse, le respect... la base, ils y baigné. 

Le plus important : nous avons aujourd'hui deux petits garçons qui ont pleinement confiance en eux, très sociables. Ils peuvent passer du temps sans nous et s'amuser. Ils sont "jumeaux", complices et à la fois indépendants. 
Alors, oui, tout cela est très probablement l'aboutissement de notre éducation, au quotidien mais j'ai l'intime conviction qu'une crèche où règne "bienveillance, pédagogie positive, respect de l'enfant et activités Montessori"  , cela joue énormément dans ce développement de nos enfants. 

Tellement de choses.....que je pourrais encore vous narrer. 

Et puis à la crèche, il y a Isabelle, le directrice. 

Éducatrice de jeunes enfants formée en institut Montessori. Aujourd’hui elle complète ses journées en étant coach parental.
Son écoute, sa bienveillance, sa vision de l’éducation, sa tendresse envers nos enfants..., ses précieux conseils en cas de doute, en cas de difficultés à la maison... Isabelle....que dire ? Un merci ne serait pas suffisant.
C’est elle qui m’a accueillie le jour où j’ai sonné avec mes deux bébés de quelques centaines de grammes dans mes entrailles.
C’est elle qui m’a convaincue, sans le vouloir et sans s’en rendre compte, que ce choix de mode de garde était celui qu’il fallait à notre famille. C’est avec Isabelle, que je partage mes découvertes littéraires, liées à l'éducation positive et la bienveillance, aux activités Montessori, et même des romans, parce qu'on est pas que des mamans ! 

Alors non, hier soir,  en récupérant mes deux enfants pour les congés d'été je n'ai pas pleuré. 

La raison : ils vont y retourner !! Youpi tralala.... Cela aurait été trop brutal (pour eux ? pour moi ?) de dire au revoir à ces presque 3 années de tout ce que je vous ai cité plus haut, du jour au lendemain. 
Avant la grande rentrée en petite section début septembre, Petitchou et Patachou vont retourner occasionnellement à la crèche pour nous laisser souffler et récupérer... 
Et puis, une fois la rentrée faite, ils vont continuer d'y aller le mercredi après-midi, comme c'est le cas depuis plusieurs mois... 

Voilà pourquoi je n'ai pas pleuré, parce que la transition va se faire en douceur... Mais je ferai moins la maligne, le jour où ça sera fini pour de vrai ! 

Je souhaite, à chaque enfant qui doit être gardé par d'autres personnes que ses parents,
d'être accueillis avec autant d'amour et de bienveillance que l'ont été mes enfants depuis 2 ans et demi.
Et je souhaite à chaque parent, de confier ses enfants chaque matin, avec autant de sérénité
que celle qui m'habite depuis tout ce temps,
même les matins où ils ont besoin de plus de câlins avant de nous quitter... 

Les Commentaires