Ecrire un
commentaire
Une rentrée en maternelle sans couche : comment faire ?

Le Blog

A quelques jours de la rentrée scolaire, vous êtes nombreuses (oui, ce sont les mamans qui m’interrogent) à me demander des conseils pour ces histoires de « propreté ». Comment a-t-on fait pour ne plus mettre de couches ? etc… etc. 

Depuis le temps que je devais vous écrire sur le sujet, je crois que c’est le moment. 


Il était une fois, deux petits garçons qui venaient d’avoir deux ans… nés fin juin, il parait que l’été est particulièrement propice à cet apprentissage. Laisser les enfants "cul nu" est une excellente méthode pour apprendre à ne plus mettre de couche. 

Leurs parents eurent la bonne idée d’équiper leur demeure de nombreux pots, dont deux ressemblaient à de véritables trônes ! 


Plus sérieusement, je n’ai pas de conseil particulier.

Je peux juste vous expliquer comment cela s’est passé pour nous. 



L’été de leur deux ans donc, nous avons mis des pots dans la maison. Deux au rez de chaussé et deux à l’étage nous semblait pratique (nous avons des WC à l’étage dans la salle de bain).
Au même moment, j’ai commencé une sélection de livres sur le sujet (je vous ai fait un album sur ma page Facebook


A ce moment là, un an avant leur entrée à l’école, nous n’avions aucune pression.
Et surtout, je m’étais refusée de me prendre la tête pour cette phase de leur développement. Je n’avais pas du hâte d’y arriver. Je devais secrètement imaginer que ça serait galère, pénible, fatiguant… 

Je ne voulais pas du tout exiger d’eux, un apprentissage forcé à un moment qu’ils n’auraient eux, choisi.
En septembre dernier, ils ont commencé à vraiment bien parler. Je trouvais que cela demandait déjà beaucoup d’énergie pour eux. Inutile donc de leur ajouter des contraintes. 


Nous avons laissé les semaines passer, les pots à disposition, parfois lu les livres mais de façon à ne pas en faire une overdose. 


Il y a eu des moments où ils prenaient plaisir à être sur le pot, avec leur livre… Des pipis et cacas y sont venus. C’était plutôt de l’ordre du « coup de bol » que du réel contrôle de leur anatomie. 


La crèche aussi a joué son rôle… Des pots de poupées dans la salle, des éducatrices qui mimaient le chemin des aliments dans le corps, avec une poupée qui finit par aller sur le pot... 


La seule indication à laquelle je me suis fiée : mes enfants savaient monter et descendre les escaliers debout et non à quatre pattes. 

On considère à ce moment là que leur sphincter est assez musclé pour relâcher ou retenir leurs besoins naturels. 



Un dimanche, alors que les jumeaux prenaient le bain avec l’aide de leur grand-mère, Patachou se met debout et annonce clairement « regarde Mounette, je vais faire pipi »…. Ma belle-mère a pu constater qu’il savait parfaitement que son pipi arrivait et qu’il a maitrisé son « éjection »… Elle m’a transmis cette information de la plus haute importance ! 

A peu près au même moment, la directrice de la crèche nous a fait les transmissions du soir en nous disant « je crois qu’ils sont prêts pour ne plus mettre de couches »…. COOOOL…. Hé bien GO ! Après avoir pris quelques conseils auprès d’elle, nous avons décidé de passer un weekend complet sans couche. 



Evidemment nous en avons parlé avec les garçons. Evidemment nous n’avons pas mis de couche de la journée (sauf pour les siestes). Evidemment nous avions des pots qui trônaient au milieu du salon… Nous avons dû dire 98 fois dans la journée : «  tu veux faire pipi ? tu as envie de faire caca ? »…

Résultat de ce weekend ; véritable fiasco ! Aucune production dans lesdits pots, mais tout à côté… 


Leurs corps étaient peut-être prêts mais leurs têtes visiblement, non. 

Pas grave, pas de pression…On parle avec eux. On décide de garder les couches pour le moment tout en prenant soin de proposer le pot régulièrement…


Et puis, un matin alors que son papa était en train de l’habiller, Petitchou annonce « non pas la couche ! »


Ok, ça vient de lui… Pas de couche pour partir à la crèche… (ouf, le trajet est assez court en voiture!). Transmission du matin aux nounous « Petitchou n’a pas de couche ! »…. (j’avais évidemment pris soin de charger le sac de crèche de boxers, culottes d’apprentissages et pantalons de change)… 


(J’avoue que je ne me souviens plus du nombre d’accidents lors de cette première semaine…. mais leur nombre est tout à fait raisonnable).

Patachou a emboité le pas à son frère dès le lendemain matin : « pas de couche papa !! » 


A partir de cet instant, choisi par eux et non subi, tout est allé très vite. Petitchou a été rapidement propre jour et nuit, aussi bien pour le pipi que le caca.


Patachou a eu besoin de plus de temps lui pour faire caca sur le pot ou les toilettes de la crèche et a gardé la couche la nuit encore plusieurs semaines (3 mois environs). 


Il y a eu des rares pipis au lit la nuit. S’est arrivé pour Patachou avant notre départ en Guadeloupe en juin dernier et cet été pour Petitchou. 


Ils pourront donc faire leur entrée en maternelle la semaine prochaine en étant parfaitement continents et avec un langage fluide et déjà très riche du haut de leur 3 ans. Bravo mes bébés...



Les conseils que je peux vous donner : 


Surtout, ne pas faire de cette phase d’apprentissage un stress. Ni pour vous, ni pour eux. Il faut faire confiance à vos enfants et prendre le temps de les observer. Quand ils seront prêts, tout ira plus vite. Ils sauront vous le faire savoir et vous, vous le remarquerez. 
Parlez-en avec eux. 


Il est important que les deux parents soient en phases
. Les enfants doivent savoir qu'ils peuvent compter autant sur leur papa que leur maman s'ils ont besoin d'être accompagnés. 

Si l’entrée à l’école approche et qu’ils ont encore des couches : prenez contact avec l’école, la maîtresse et l’Aster pour savoir s’ils acceptent vos enfants. Et savoir comment ils vont être accompagnés. Il est important que les personnes qui encadrent vos enfants la journée soient au maximum sur la même longueur d’ondes que vous. 

A partir du moment où vos enfants ne mettent plus de couches : n'en remettez plus.... ni pour un trajet en voiture, ni pour une séance de ciné ou un spectacle. Au début pour les longs trajets en voiture (plus d'une heure), nous mettions au fond du siège un matelas à langer jetable (j'avais fait un trou dedans pour passer le harnais). Une bonne grosse serviette éponge peut tout aussi bien faire l'affaire. 

Ici, nous leur demandons toujours d'aller aux toilettes avant de partir, que ce soit le matin à la crèche, pour partir faire des courses, chez des amis etc... 

Avant chaque coucher, sieste ou nuit, un petit tour sur les toilettes ou sur le pot. 

Les garçons sont désormais continents depuis plusieurs mois et des toilettes sont dans la Sdb jouxtant leur chambre, ils ont pour autant à disposition un pot dans leur chambre, chacun à côté de son lit et une petite veilleuse.
Il n'est pas rare le matin que je trouver un pot avec du pipi... Autonomie quand tu nous tiens. 

Les neurones miroirs peuvent aussi vous aider : les enfants imitent les parents. Pour le langage, les gestes etc... 
Tentez de mettre votre pudeur de côté et acceptez que vos enfants vous voient aux toilettes... Si papa et maman le font, il ne doit pas y avoir de danger, je peux le faire aussi. 


Avouons : nous n'avons parfois pas le choix ! Quel parent ne s'est jamais enfermé dans les toilettes, espérant quelques minutes de répits, qui n'auront duré que quelques secondes en réalité......? ça vous parle ça j'en suis certaine ! 

................................................ 

N'hésitez pas à commenter ici en laissant vos propres conseils qui pourront être utiles aux autres parents. 

__________________________ 


Côté équipement :


Des pots, il en existe des centaines de modèles. Du plus simple au plus sophistiqué qui fait de la musique dès lors que le fond du pot reçoit quelques gouttes... 


Je voulais ici quelque chose simple et confortable pour les enfants, suffisamment large entre l'arrière et l'avant du pot et sans chichis. 

Voici les deux modèles que nous avons :


Au rez de chaussé : 


Le fauteuil pot 3 en 1 de chez dBb Remond. Couleurs vives ou sobres au choix, j'ai trouvé ce modèle particulièrement intéressant pour son côté "marche pied". Il permet à l'enfant de monter sur son pot pour se laver les mains après avoir fait ses petits besoins. Nous avons un lavabo dans nos toilettes du RDC, c'est donc parfait. Le marché pied servait aussi pour allumer la lumière des toilettes, il sert aujourd'hui de repose pied quand ils sont sur les toilettes des grands. 





Inutile de porter tout le fauteuil pour vider le pot, la partie qui recueille les besoins étant indépendante, c'est super pratique. La partie bombée à l'avant permet une bonne prise en main de façon à vider le pot sans en mettre partout... 


A l'étage, nous avons un modèle encore plus simple, toujours chez dBb Remond : le pot "bébé sourire" . 



Côté culotte : 

J'avais flashé sur ces culottes d'apprentissage Zoocchini lors d'une porte ouverte chez Tosc'anne Communication. 
Elles sont distribuées en France par Elements For Kids, (
cliquez ici). 

Nous avons toute la collection garçon je crois et je vous le donne en mille, la préférée de Patachou c'est la Licorne... J'ai adoré voir son petit cul dans cette culotte rose. 




_________________________________



 



Les Commentaires